Nous avons perdu un grand Ami,

par Isi Blum

Création du prix littéraire: Maurice Vanikoff

Grand spécialiste des questions de l'antisémitisme, Maurice Vanikoff consacra sa vie entière à constituer une volumineuse documentation et quiconque avait besoin d'un renseignement, d'un document, d'une coupure de journal, c'est à lui qu'il s'adressait. Vanikoff était là pour rendre service dés l'instant qu'il savait que son geste contribuait à la lutte qui lui était si chère…On se souvient de son action vigoureuse contre Maurice Bardèche, pour le livre d'apologie du nazisme publié par ce dernier sous le titre " Nuremberg ou la Terre Promise ", on se rappelle quelle énergie il déploya dans le procès intenté à " Aspect de la France "pour ses articles antijuifs, ou encore la campagne qu'il mena contre le " Petit Larousse Illustré " qui contenait des définitions tendancieuses et injurieuses et contre Robert Aaron qui essayait par des écrits prétendus historiques de blanchir les traîtres Pétain et Xavier Vallat… Engagé volontaire étranger dés les premiers jours de la guerre de 1914, il manifesta un amour profond pour son pays d'adoption. Sa patrie c'était la France aux nobles traditions Humanistes, et c'est avec la même passion qu'il haïssait l'anti-France, qu'incarnent les disciples de Maurras et de " Jeune Nation ". Son ardent patriotisme l'amena au coté de ceux qui s'opposent à la résurrection du nazisme et protestent contre la renaissance de la nouvelle Wermacht, à la tête de laquelle se trouvent placés de nombreux criminels de guerre. Président de la Fédération des Associations des Anciens Combattants et Volontaires Juifs, Maurice Vanikoff jouait un rôle déterminant pour sauvegarder l'unité entre toutes les associations d'anciens combattants juifs, et c'est grâce à lui que de nombreuses campagnes ont pu être menées en commun pour la défense des droits des anciens combattants et victimes du nazisme, contre l'antisémitisme et le racisme, contre la xénophobie et pour la paix. Maurice Vanikoff éprouvait beaucoup de sympathie pour notre organisation. Il appréciait notre activité dans ses multiples domaines et ne manqua pas de le souligner à diverses occasions…Nous avons perdu en Maurice Vanikoff un grand ami, un ami irremplaçable.


Texte paru dans Notre Volonté

Le prix littéraire annuel Maurice Vanikoff sera attribué à l'auteur d'une œuvre parue au cours de l'année, en français ou en yiddish, mettant en relief la participation des Juifs de France et particulièrement des volontaires étrangers ou d'origine étrangère, à la lutte contre le nazisme et leur contribution à la victoire des alliés. Règlement Article 1er.-Il est créé, par décision du Comité Directeur, un prix littéraire annuel: " Prix Maurice Vanikoff". Ce prix serra de 3000 franc (trois mille franc). Article 2.-Ce prix est destiné à couronné chaque année

l'œuvre, artistique, scientifique ou philosophique qui mettra en relief la lutte des juifs de France, contre le nazisme,aussi bien dans l'armée que dans la résistance. Article 3.-Les candidats au Prix Maurice-Vanikoff devrons adresser leur ouvrage, imprimé ou manuscrit, chaque année avant le 31 janvier; le jury devant se prononcer au plus tard le 31 mai suivant. Article 4.-Le prix serra décerné par le Jury composé de personnalités des lettres, anciens Combattants et Résistants, représentant les courants divers du monde combattant. Les décisions du Jury sont prises à la majorité absolue. Article 5.-Le Secrétariat du Prix Maurice-Vanikoff est établi au siège de l' U.E.V.A.C.J., 58, rue du Château-d'Eau, Paris 10°. Les Membres du Jury MM. Jacques Madaule, Président Isy Blum, Henry Bulawko, René Cassin, Dr Samuel Danowski, MM. joseph Fridman, Gromb-Kenig, Bernard Lacache, Pierre Paraf, Jean Pierre-Bloch, Bernard Pons,Maurice Schuster, Me Henri Sloves, M. Pierre Villon.

Les Prix

Pour l'année 1966-1967 le prix Maurice Vanikoff a été attribué à un ouvrage collectif édité par l'Institut d'Histoire de " Yad Vachem"en Israël à un ouvrage intitulé " Face à l'ennemie nazi " Pour l'année 1967-1968 il a été attribué à David Diamant pour son manuscrit " Avec ou sans armes " La même année un prix hors concours a été décerné à Gilles Perrault pour son ouvrage " L'orchestre rouge