1969

Constituer une documentation, tâche très importante.

Parmi les taches que nous nous sommes assignées, en liaison avec le 25° anniversaire de l'existence de notre organisation, se trouve celle de la constitution d'une documentation relative aux engagements volontaires des Juifs immigrés dans l'armée française et dans la résistance au cours de la dernière guerre. Mettre en relief leur comportement courageux sur les fronts, la discrimination dont ils ont été victimes dans les stalags, etc. La tâche est très importante,car les engagements volontaires des Juifs immigrés en 1939constituent une belle page de notre histoire, qui ne doit pas rester une page blanche pour les futures historiens de la deuxième guerre mondiale.Allons-nous laisser oublier les faits d'armes de ceux qui se sont battus sur tous les secteurs du front ? Allons-nous laisser oublier les souffrances et les discriminations particulières que subirent nos camarades dans les stalags uniquement parce qu'il étaient juifs ? Laisserons nous tomber dans l'oublie les faits de résistance en captivité et en France, les noms des décorés, etc. Notre organisation qui durant les 25 années de son existence, avait traduit par ses réalisations l'aspiration profonde des anciens combattants juifs ne saurait manquer à ce devoir. La tâche est évidemment rude : 30 ans ce sont écoulés depuis les engagements, beaucoup de souvenirs se sont estompés, nombreux sont les camarades qui nous on quittés pour toujours. mais il n'est pas trop tard. Aussi faisons-nous appel à tous nos camarades pour qu'il nous adresse leurs souvenirs de guerre peut importe la forme, le style. l'essentiel, ce sont les faits. Écrivez-nous aussi sure ceux de vos camarades qui luttaient à vos côtés et sont tombés dans le combat où sont morts en captivité. Envoyez-nous les noms de tous ceux que votre mémoire a retenus. Pour ceux qui ne sauraient le faire par écrit, nous avons une permanence à nos bureaux 58 rue du Château-d'Eau pour recueillir les témoignages. Nous organiserons également des réunions de camarades des mêmes unités ou des mêmes stalags pour obtenir des témoignages collectifs. Nous vous demandons de nous envoyer des documents originaux intéressants que nous vous rendrons après avoir produit des photocopies. Nous faisons appel à tous nos camarades et amis pour nous aider dans la réalisation de cette tâche urgente et difficile.

Paru dans Notre Volonté N° 2 (64)

de Mars-Avril 1969

Le Comité Directeur  élu à l'Assemblée Générale du
24 novembre 1954

 

1 er rang de gauche à droite : Najman, Haitman, Sisterman, Klajder, Gromb (Kenig), Cleitman Isi (Blum), Dr. Danowski, Czany, Appel, Pons, Salomon, Herskowicz Sam, Herskowicz Félix.

Au second rang de gauche à droite : Moresqui, Rechenstein, Beller, Mme Pfefer, Sadowski, Maier, Mme Lilenstein, Miller, Kon, Statman, Garbarz.

Au troisième rang, de gauche à droite : Erman, Munsrein, Kristal, Ekman, Dr.Wattengerg, Zajdenwerg, Apelkir, Szraga, Ser, Failovic, Minc, Mme Rozen, Panus.

Au quatrième rang de gauche à droite : Lewinbaum, Urjewicz, Szulc, Zimet, Adler, Korenberg, Wajcman, Frydman.
Fond également du Comité : Apelbaum, Bursztyn, Centner, Dorfman, Falinover, Me. Grinspan, Korngold, Lewkowicz, Wildenberg.

Le contrôle des prisonniers de guerre rapatriés

 

La carte de membre de l'association

 
Assemblée générale de l'Union en 1954 pour le 10° anniversaire de sa création
 
  

Grâce aux démarches de l'Union, des milliers d'engagés volontaires ont pu obtenir la naturalisation, le livret individuel, la carte de combattant.

 
  

Meeting organisé, le 20 février 1948, salle Wagram à Paris, par l'Union des Groupements d'Engagés Volontaires et Résistants d'Origine Etrangères (U.G.E.V.R.E.) contre la recrudescence de la xénophobie.

 


 L'Union participe avec la  Fédération  des Associations des Anciens Combattants Juifs, à la cérémonie traditionnelle de la Flamme à l'Arc de Triomphe (1954)

 
  

La déléguation des personnalités d'organisations juives, conduites par des parlementaires français, à la sortie du Quai d'Orsay où elle avait demandé au ministre des Affaires Etrangères la reconnaissance de l'Etat d'Israël (27 mai 1948)

 

 

Fidèles au testament de nos morts
Lorsque notre Union fut crée, dès que l'envahisseur eût été chassé du sol français, elle ne s'est pas seulement donné pour tâche d'aider les anciens combattants juifs, ceux des champs de batailles et ceux des maquis, à retrouver une place normale dans la vie, à soigner leur plaies et défendre leur droits; elle s'est aussi fixé comme objectif de lutter contre toutes les survivances du racisme et de l'antisémitisme qui avait causé tant de ravage dans les pays occupés par les forces hitlériennes. L'antisémitisme est une maladie qui ronge le corps sain d'une nation, dressant les citoyens les uns contre les autres. C'est pourquoi les patriotes conscients s'indignent chaque fois que les racistes reprennent leur sinistre besogne. les antiracistes et parmi eux les anciens combattants, on réagi lorsque Xavier Vallat, commissaire aux affaires juives sous Vichy, a été gracié; ils ont intenté un procès à " Aspect de la France" pour ses articles antijuifs odieux et contre Maurice Bardèche qui, dans son livre "Nuremberg ou la Terre Promise" fit l'apologie du nazisme. Notre Union ne peu rester indifférente lorsqu'un Poujade se permet d'écrire qu'on ne voit pas suffisamment de noms juifs sur les plaques commémoratives de notre pays. Nous avons estimé qu'il était de notre devoir de ne pas laisser insulter la mémoire de nos héros qui se sont battus pour la France, qui ont versé leur sang généreux pour leur patrie d'adoption. Nous avons estimé qu'il était de notre devoir de défendre l'honneur de nos camarades, que leurs noms figurent ou non sur les plaques de marbre, qu'ils sont morts cependant, avec ou sans uniforme pour que le monde, pour que la France soient débarrassés à jamais du racisme et de ceux qui colportent de telles excitations à la haine. Voilà pourquoi nous avons décidé de nous constituer partie civile …Notre Union, en agissant ainsi, est fière d'être restée fidèle aux idéaux pour les quels se sont battus et sont morts nos camarades. A l'avenir, nous agirons de même, étant convaincus qu'en luttant contre l'antisémitisme et le racisme nous continuons à servir la France et la République.

Isi Blum

Paru dans Notre Volonté N° 89 de décembre 1962