Se souvenir

Que jamais on oublie les Morts pour la Patrie ! Qu'ils demeurent à jamais dans nos pensées comme la présence la plus chère et la plus précieuse !

L'Union, dès les premiers jours de sa création assuma la mission de perpétuer le souvenir des héros juifs tombé au Champ d'honneur. C'est un noble hommage qu'elle a rendu à leur mémoire en élevant au cimetière de Bagneux-parisien un monument digne de leur sacrifice. Et lorsque la possibilité s'est offerte aux familles de ramener les corps des combattants dispersés sur les divers champs de bataille, l'Union créa les conditions nécessaires pour les aider à réaliser leur voeux, en fondant au pied du monument une sépulture où reposent côte à côte, comme un symbole de tous les frères tombés pour la même cause, soixante-cinq combattants volontaires juifs de l'Armée française. C'est devant ce monument que tous les ans un dimanche du mois de juin, en présence de nombreuses organisations d'anciens combattants, une foule imposante se rassemble à la cérémonie du souvenir organisée par l'Union en honneur des combattants juifs morts pour la France. En cette manifestation émouvante devenue traditionnelle, il y a des larmes, mais il y a aussi la ferme volonté de s'opposer, fraternellement unis, au retour des horreurs du nazisme, restant ainsi fidèles au testament de nos héros et martyrs.

***

Dans le cadre des manifestations du souvenir, l'Union participe, chaque année, le 9 mai, avec la Fédération des Associations d'Anciens Combattants Juifs, pour aller rendre hommage au Soldat Inconnu, en ravivant la flamme sous l'Arc de Triomphe.

Elle est de même toujours présente aux célébrations des anniversaires de l'Armistice de 1918 et de la Victoire de 1945, aux cérémonies du souvenir à la Synagogue de la rue de la Victoire.

L'Union est également présente aux cérémonies du Mont-Valérien, de Drancy, du Père-Lachaise, du Vel'd'Hiv', au square Marcel Rayman...

En appelant à honorer la mémoire de tous ceux qui ont donné leur vie pour la Liberté, l'Union remplit dignement l'un de ses devoirs les plus sacrés.





      

"toujours fidèle à son poste"

Joël Haitman

Notre Volonté

N°162 juillet 1978

   Notre porte-drapeau J. Haitman n'est plus Joël Haitman fut engagé volontaire de la guerre 1939-1945, affecté au 3éme Train des Équipages. Il fut depuis la fondation de notre organisation son porte-drapeau, toujours fidèle à son poste est resta un membre du Comité jusqu'à son décès. Ce fut un courageux combattant, un époux exemplaire et un camarade dévoué.Tous ceux qui l'ont connu le regretteront. Devant la tombe de notre camarade, Maurice Sosewicz, membre du Comité et vice-président de la Mutuelle, présentat en des termes émouvants, les condoléances à son épouse et à toute la famille.

 


le 11 octobre 1947
l'Union organisait au cimetière
de Bagneux, une émouvante
cérémonie,
marquant le retour
des champs
de bataille du
premier corps
d'un engagé
volontaire juif mort pour la France.

 

    

       

 

 

Depuis, chaque année le premier dimanche de juin, lUnion organise devant son Monument au cimetière de Bagneux-Parisiens, (inauguré le 8 décembre 1948) une imposante Cérémonie du Souvenir en présence de nombreuses personnalités officielles, des représentants du monde combattant, de la société civile et de la communauté religieuse. 

 Oeuvre du sculpteur Rapoport

Sous ce monument reposent
66 Combattants Juifs,
Engagés Volontaires,
tombés au service de la France sur tous champs de bataille de la guerre 1939-1945

"cliquez sur la photo pour lire les noms">>>>>>>>>


Monument aux morts
au 22° R.M.V.E.
à Misery (Somme)

lavis de Mané Katz

 

Cérémonie à Bagneux

de juin 1965

Notre secrétaire général Isi Blum commence son allocution en énumérant les Personnalités et les Organisations juives et non juives présente à la cérémonie et les remercie, d'être venue rendre hommage à nos morts, ainsi que la musique du 5° R.I et son chef le capitaine Beaudricourt, qui a bien voulu, spécialement pour nous et pour la première fois en France, interpréter l'hymne du Ghetto de Vilno… Après avoir évoqué les combats de 1940, les lourdes pertes subit par les régiments de Marche, Isi Blum dit les raisons pour lesquelles les Juifs immigrés s'enrôlèrent dans l'armée française dés septembre 1939. Ils prirent volontairement les armes, tout d'abord pour traduire leur sentiment de reconnaissance à leur nouvelle patrie, à la France, aux traditions les plus nobles d'humanisme et des droits de l'Homme; ils étaient conscients de leur devoir patriotique en se mettant spontanément au service de leur pays adoptif. En partant défendre la France, ils savaient qu'ils allaient se battre contre l'ennemi de la liberté, contre l'ennemi sanguinaire du peuple juif. En saluant la mémoire de ces soldats tombés face à l'ennemi, nos pensées vont vers tous ceux qui, plus tard, dans les rangs de la Résistance, se battirent et tombèrent en héros durant la longue nuit de l'occupation…Nous associons au même hommage, tous nos frères qui combattirent les rangs des armées alliées, et qui sont morts pour la même cause; nous évoquons avec une émotion profonde les héroïques combattants de tous les ghettos et particulièrement les glorieux insurgés du ghetto de Varsovie, dont le courage força, il y a 22 ans, l'admiration du monde entier. A tous ces combattants, avec ou sans uniforme, au millions de combattants juifs et non juifs,

qui à travers le monde ont lutté contre le même ennemi et sont tombés pour sauver l'humanité du régime abjecte du fascisme, va notre respectueux hommage.
Parmi ces innocentes victimes, 6 millions des nôtres subirent l'internement, la séparation cruelle et barbare de la mère de son enfant, l'étoile jaune, la déportation, la famine, les travaux forcés et enfin la " délivrance " par la chambre à gaz et les fours crématoires…Anciens combattants, victimes du nazisme, nous qui restons fidèles à l'idéal qui animait nos camarades dans leurs combats, et leurs souffrances, à l'idéal de paix, de fraternité, nous qui n'oublions pas le testament que nous ont légué nos héros et nos martyrs, nous devons aujourd'hui renouveler, alors que nous rendons hommage à leur mémoire, notre serment de poursuivre leur combat…Nous devons rester vigilants et unis, car le racisme et l'antisémitisme sont toujours menaçants…Il faut sans cesse se souvenir que 55 millions d'hommes sont morts, que 90 millions ont été mutilés, que des centaines et des milliers de villes et de villages ont été dévastés et des territoires entiers pillés et détruits. Fidèles à nos morts, nous devons transmettre à nos enfants le flambeau du souvenir pour que la noble tradition, que nous avons établie,puisse se poursuivre de génération en génération. pour que ne soit jamais oubliée ce que fut la guerre de 1939-1945 avec son horrible cortège de massacres, de sang et de deuils. Pour que tout soit mis en œuvre afin qu'il n'y est plus jamais de guerre, que les conflits soient réglés par voie pacifique, jamais plus d'Oradour-sur-Glane et de Mont-Valérien, avec les fusillades d'otages; plus jamais d'étoiles jaunes, de ghettos et de camps d'extermination.

Extrait du discours d' Isi Blum à la cérémonie de Bagneux

Parut dans Notre Volonté de juin 1965


Monument en hommage aux 21°, 22°, 23° Régiments de Marche des Volontaires Etrangers (RMVE) érigé à Barcarès

Un Mémorial à la gloire des Volontaires à Barcarès

Le 15 mai dernier s'est déroulé à Barcarès, à l'endroit même où des milliers d'hommes de toutes nationalité, venus spontanément se mettre au service de la France, formèrent les trois régiments de marche, une cérémonie au cours de laquelle à été inauguré le Mémorial à la gloire des 21°,22° et 23° R.M.V.E. Les cérémonies qui ont eu lieu en présence du Préfet des Pyrénées-Orientales, des ex-commandants les régiments et de nombreuses personnalités civiles et militaires, on revêtu un caractère patriotique et un fervent hommage y a été rendu à tous les volontaires qui se sont héroïquement battu pour la France et la liberté. Notre organisation a été représenté par nos camarades Sisterman et S. Herszkowicz. Au cours de ces cérémonies, notre camarade Pupalo a été décoré de la Médaille Militaire.
Article paru dans Notre Volonté N°3 (54) juin, juillet 1955




Le Général Brothier devant le monument des volontaires juifs lors de la cérémonie au cimetière de Bagneux en juin 1999


En quelques semaines plus de 10.000 engagés volontaires étrangers furent installés à Barcares pour former les 21è, 22 è, 23 è, Régiment de Marches des Volontaires Étrangers, ils vivaient dans de remarquable conditions d'inconfort, dont nous les cadres français avions honte. Mais cette foule hétéroclite et maladroite allait s'ordonner peu à peu, se discipliner et s'instruire dans des conditions difficiles, pour finalement se cimenter dans une amitié fraternelle. L'ensemble était dominé par deux groupes remarquablement homogènes. Les Républicains espagnols de loin les plus nombreux, les jeunes engagés volontaires juifs venus pour la plupart des pays de l'Europe de l'Est et d'Europe centrale…Tout au départ semblait devoir les diviser, la naissance, la langue, l'âge, le niveau intellectuel, la religion et même la politique. Mais miracle de l'amitié, du respect mutuel, de la bonne volonté de tous, de l'esprit d'organisation et l'efficacité des volontaires juifs, de la rusticité de l'habitude du combat des volontaires espagnols.

Nous les cadres français nous vîmes peu à peu, naître et se former une communauté originale, vivante, généreuse et profondément soudée.
Cette communauté et son esprit, ni la défaite, ni la captivité, ni la déportation et ni la mort n'ont pu faire disparaître. Nous les survivants et vous les héritiers, nous avons le devoir de la conserver et de l'entretenir pour quelle survive. Pourtant les mobiles des uns et des autres étaient très différents.Les Républicains espagnols ne pensaient qu'à rentrer chez eux; ils étaient convaincus que la chute du nazisme entraînerait celle du franquisme ? Les jeunes juifs eux n'envisageaient pas de revenir dans leur pays d'origine, mais de s'installer et de refaire leur vie dans les pays d'accueil, dont la France. Mais la foi dans l'avenir était commune à tous. Militaire de carrière entre 1939 et 1961 j'ai participé à presque tous les combats de mon pays. La liste de ces Étrangers qui son tombés en se serrant au tour de moi serrait très longue à établir, mais je l'ai déjà dit, et je ne me lasserais jamais de le redire, le premier nom qui figure sur cette longue liste est celui d'un jeune juif de 25 ans, tombé héroïquement dans la Somme en s'opposant aux chars de Rommel. Il s'appelait Goldstein et venait de sa Pologne natale; tant que j'aurais un souffle de vie, il y aura une place pour Goldstein dans mon cœur. Rassemblés devant cette plaque ou sont inscrit les noms de nos frères d'arme, et je devrais plutôt dire de nos frères, il y a avec nous les grandes ombres de tous ceux, trop nombreux hélas, que nous avons laissé en route. Notre pensée à tous est avec eux. Merci à eux qui ont tout donné pour mon pays. Merci à vous d'être venus aussi nombreux, nous leur devions bien cela à nos frères disparus.

Extrait du discours du Général Brothier lors de la cérémonie au cimetière de Bagneux
devant le monument des Engagés Volontaires Juifs au mois de juin 1999
Parus dans Notre Volonté N°18-19 septembre 1999




Bagneux

2007

Notre cérémonie annuelle a eu lieu le 14 octobre 2007 devant de nombreuses  personnalités officielles ainsi que des représentants des autorités militaires, de la société civile,  du monde associatif  et du culte israëlite.

 

Nombreux porte-drapeaux, représentants des associations d'anciens combattants.



Notre  cérémonie annuelle a eu lieu le

 1 er juin 2008

devant de nombreuses personnalités officielles ainsi que des représentants des autorités militaires, de la société civile, du monde associatif et du culte israëlite.


Bagneux-parisien

dimanche 18 octobre 2009

à 10 h 30

voir onglet

Bagneux 2009

voir onglet Bagneux 2010

6 juin 2010

voir onglet 
Bagneux 2011

 

5 juin 2011