Elie Pinski

Le camp de Hohenfels à Oberpfalz (Haut-Palatinat), en Bavière est situé en montagne à coté d'un casernement de soldats réguliers et de SS. …La contrée est sauvage et giboyeuse….
Entre tout les visages des prisonniers, celui d'un homme est resté plus particulièrement gravé dans ma mémoire: il s'appelait Godl, un juif polonais, né dans un misérable faubourg de Varsovie, un apprenti tailleur. La misère l'avait chassé de lui et amené en France. Quand la guerre civile éclataen Espagne, il partit comme volontaire dans les Brigades Internationales, chez les « Rojos » (Rouges ). Il se distingua particulièrement à Teruel et à Madrid, car c'était un guerrier né, et y gagna des galons de lieutenant. Après la victoire de Franco, il se réfugia en France. A la déclaration de la guerre en 1939, il s'engagea dans le 22è R.M.V.E. qui l'envoya à Barcares, ou il entra à l'école des caporaux. Bien que sachant à peine lire et écrire, il apparu comme l'un des meilleurs élèves et sortit avec le grade de caporal instructeur.
Au front, il fit preuve d'un sang-froid et d'un courage remarquable et beaucoup cherchèrent auprès de luiaide et réconfort dans les situations difficiles…
Fait prisonnier, un jour, en plein hiver, alors que la neige autour du camp atteignait parfois deux mètres de hauteur, il tenta de s'évader, recouvert d'un drap blanc pour se rendre invisible sur la blancheur de la neige. Il coupa les barbelés avec une pince volée au chantier mais du mirador,le garde l'aperçu et ouvrit le feu sur lui. Godl réussit à se sauver malgré tout, les Allemands lâchèrentles chiens à ses trousses et suivirent ses traces dans la neige, où il fut facilement repéré. après avoir fait quelques semaines de prison, il s'évada de nouveau, mais cette fois il réussit à aller jusqu'à la frontière suisse, où il fut repris une nouvel fois et, comme récidiviste et « forte tête », envoyé dans un camp disciplinaire en Norvège. De là-bas,il réussit une troisième fois à s'évadèrent se camouflant dans les cales d'un bateau, parvint en Pologne,où il chercha à atteindre Varsovie. Godl arriva dans la capitale polonaise au moment de la liquidation du ghetto.
Il se mit immédiatement en relation avec les résistants et les partisans de l'extérieur et pénétraplusieurs fois dans le ghetto par les égouts pour apporté des armes. Il prit part finalement à l'insurrection et à la dernière bataille héroïque des derniers juifs de Varsovie, il tomba au champ d'honneur.
Voilà l'homme !
Je revois Godl dans mes pensées : de taille moyenne, plutôtmaigre, mais robuste, brun avec un visage pâle et osseux, le nez long et pointu, deux yeux petits mais éveillés, d'une couleur verdâtre, très rapprochés et profondément enfoncés dans les orbites.…
 
Extrait du témoignage de Elie Pinski paru dans
« Le Combattant Volontaire Juif 1939-1945 »
Édité par l'U.E.V.A.C.J.
à l'occasion de son du 25è anniversaire