Kwater Maurice (Moïse)



Maurice Kwater est né en 1926 à Pulawy en Pologne, dans une famille ouvrière. Son père cordonnier,est l'un des fondateur de la grande bibliothèque juive de la ville. Il fait beaucoup d'effort afin que ses enfants se cultivent, et les intéresse aux problème de la vie sociale…Un des fils est élu conseiller municipale de Pulawy, comme candidat à l'unité de toute la population…Moïse est le plus jeune de la famille et, depuis son enfance, il révèle son intelligence et un goût vif pour l'étude, comme le désire son père, mais les conditions matérielles de la vie familiale oblige Moïse à interrompe ses études. Il commence à travailler dans la Chaussure. Peu de temps après, une grève éclate dans la fabrique et il est renvoyé à cause de son ardente activité dans cette manifestation …En 1931, Moïse Kwater vient en Belgique. Il y travaille comme manœuvre dans les usines métallurgiques. Malgré des conditions de vie difficiles , il continue son travail de militant. Il consacre particulièrement beaucoup de temps à l'activité culturelle parmi les travailleurs juifs de Bruxelles. Persécuté par la police belge, il vient en France où il apprend le métier de presseur dans la confection pour dames. Militant Syndical, sans droit au travail; il est dans la misère. Très courageux, il continue pourtant avec le plus grand dévouement son activité syndicale…En 1939, il s'engage comme volontaire dans l'armée française et participe au combats sur le front. Prisonnier de guerre, il s'évade et revient à Paris en 1940. En août 1941, il est arrêté avec de nombreux autres juifs du 11° arrondissement, par mesure de représailles pour l'exécution de deux officiers allemands par les résistants. Il est envoyé à Drancy ou il continue son activité parmi les internés. Son attitude suscite le respect de tous. Au début de 1942 Moïse a écrit une lettre clandestine à sa femme Paulette: "Des événements graves se préparent. Les nazis prendrons non seulement des hommes mais aussi des femmes. Je te demande avec insistance de passer en zone sud…Je lui ai répondu que je ne pouvais pas quitter Paris car je milite dans la résistance. J'ai reçu une autre lettre de lui, où il me déclare être heureux que j'ai choisi ce chemin dangereux et juste ". Après dix mois d'internement à Drancy, Moïse Kwater est déporté à Auschwitz et assassiné peu après.
Paulette fut déportée, avec les soixante-dix militants, en juillet 1943. Elle est rescapée des camps.