Joseph Kisner

(dit Berl Kirzner, dit Cubaner)

Joseph Kisner est né le 28 février 1906 à Barasha (Russie ) dans une famille ouvrière…En 1923 il immigre à Cuba où il vivra neuf ans. Et c'est à La Havane, où il n'y avait aucune vie sociale, qu'il organise avec d'autres camarades l'Association culturelle. A partir de là, il entreprend de fonder un syndicat pour les travailleurs juifs et cubains. Il organise donc un syndicat des ouvriers de confection, qui aboutit à une grève…Son activité débordante ne manque pas d'attirer l'attention de la police qui l'arrête à plusieurs reprises. Les ouvriers manifestent pour obtenir sa libération et ils y parviennent plus d'une fois. Mais après avoir purgé une dernière peine de prison, il est expulsé. Il arrive à Paris en 1931 avec sa famille et vit dans des conditions très difficiles. C'est un militant actif des syndicats, membre de la Commission de propagande des fourreurs. Lorsque la guerre de 1939 éclate, il s'engage dans l'Armée Française. Fait prisonnier, il se trouva dans le stalag de Hoenfels, mais Kisner n'est pas homme à capituler…Au stalag même, il fait de la propagandecontre l'hitlérisme parmi les prisonniers…Voici le témoignage d'un camarade de stalag qui était dans la même baraque que lui. Israël Koplevitch raconte " Je l'avais averti de ne pas jouer avec le feu, Mais il continuait son activité pour propager ses idées antinazies. Un jour, en sortant de l'hôpital, accompagné d'un gardien qui l'emmenait vers le train, un officier le reconnut lorsque Kisner parla avec conviction de la défaite allemande. Monté dans le train , l'officier l'appela dans le premier wagon et lui enfonça sa baïonnette dans le dos sans autre forme de procès…" Et on pu lire: "Avis officiel de décès n° 135156" établit par "le secrétaire général des Anciens Combattants et victimes de guerre":

Le service central (…) est avisé du décès de Kisner Joseph né le 28 février 1906 à Barasha (Russie ), immatriculé 3007 (…), soldat corps 22° R.M.V.E. ; datedu décès :22 juillet 1944, décédé en captivité. "

Et ce document portait un cachet rectangulaire "Mort pour la France".

Après la guerre, l'Union des Anciens Combattais et Engagés Volontaires Juifs et un groupe de ses camarades on ramené ses cendres à Paris. Elle reposent dans le caveau des Anciens Combattants au cimetière de Bagneux.

         Extraitde Combattants , Héros & Martyrs de la Résistance, Par David Diamant, Édition Renouveau