Boria Lerner

Né le 15 décembre 1914 à Libkani en Bessarabie, il suivit ses parents dans leur dure pérégrination dans la tourmente de la 1 ère Guerre Mondiale… Ils retournèrent en Bessarabie mais au cours d'un cruel exode, Boria avait vu sa petite sœur tuée par une balle dans les bras même de leur Mère. Il devint vite un militant actif du mouvement révolutionnaire et, arrêté à plusieurs reprises, il connu la prison pendant de nombreuses années. Il parvint à gagner Paris, en 1938, dans l'intention de joindre les Brigades Internationales mais la guerre d' Espagne touchait à sa fin et il resta en France. En septembre 1939 il s'engage dans l'Armée Française pour combattre l'hitlérisme, on l'envoie comme beaucoup d'autres à Barcares dans un R.M.V.E., sa santé minée par tant de dures années ne résiste pas aux épreuves; il tombe gravement malade, et est réformé. Lorsque les armées allemandes envahissent la France, il prend avec sa femme et son bébé la route de l'exode sous un bombardement incessant et fini par être interné dans le camp de Briens, puis Rivesaltes où les républicains espagnols et les juifs sont entassés dans des conditions telles que son enfant est emporté par une des épidémies qui déciment le camp. En 1941 Boria et Hadassa Lerner réussissent à s'évader et s'efforcent de regagner Paris où ils échouent dans le 11° arrondissement précisément ce jour du mois d' août où a lieu la grande rafle qui remplira pour la première fois le camp de Drancy. Plus décidé que jamais à lutter, Boria réussit à prendre contact avec le 2° détachement des Partisans Juifs qui vient d'être constitué et est chargé d'en prendre la tête. Il dirige plusieurs expéditions armées dont une attaque contre un hôtel allemand du boulevard Raspail et un attentat à la bombe contre le Ministère de la Marine, rue Royale, occupé par les Allemands. Puis il est chargé d'organiser la fabrication des bombes pour les partisans juifs et installât un laboratoire et un dépôt d'explosifs, rue Saint-André-des-Arts. Cette rue du quartier Latin est le théâtre d'une grande activité des partisans et la police y organise fréquemment des rafles. C'est au cours de l'une de celle-ci, le 26 juin 1943, que Lerner et sa femme sont arrêtés. Il est aussitôt si affreusement torturé que lorsque sa femme, avec la complicité d'un policier patriote, parvient à le voir, il est absolument méconnaissable. Il n'a cependant rien perdu de son énergie et il lui dit " Je ne me fais aucune illusion sur ce qui m'attend. Je n'ai pas peur. Je n'ai donné personne et je ne donnerai personne, tu peux en être tout à fait sûre ". Le 20 septembre 1943, il est condamné à mort et sera fusillé le 1er octobre après avoir passé dix jours dans une cellule avec trois autres camarades condamnés comme lui. Sa femme Hadassa, après de longues souffrances, est revenu de déportation.

Extrait de Combattants Héros & Martyrs de la Résistance.
de David Diamant Édition Renouveau