Rapport sur les Juifs

dans les armées Alliées

 au cours de la seconde guerre mondiale.

 
Jusqu'à ce que naisse l'État d'Israël et que sont armée ne devienne symbole de combativité et de force, l'antisémitisme entretenait l'idée tout à fait fausse d'une soi-disante incapacité héréditaire des juifs à se battre. Il affirme encore aujourd'hui, que les juifs par leur passivité se serait laissés exterminer comme des bêtes à l'abattoir.
Rien n'est plus contraire à la vérité historique. La participation et la combativité des juifs pendant la seconde guerre mondiale furent au plan quantitatif parmi les plus élevés, comparé à celle des autres populations soumise à la terreur hitlérienne.
Il est certes difficile d'établir des statistiques précises dans la mesure où beaucoup de combattants et résistants juifs ne se sont pas déclarés comme tels...
Un peu plus de 11 millions de juifs vivaient sur les territoires occupés par l'Allemagne hitlérienne où ses alliés. Environs un million cinq cent mille d'entre eux combattirent dans les armées alliées et dans les diverses résistances nationale...
Force est de constater que peu de gens, y compris les juifs eux-mêmes, connaissent ce fait; La raison est que depuis la Libération, il a été occulté, à commencer par les historiens, qui se sont plutôt attachés à étudier le drame du génocide. Il serrait également faux d'affirmer que l'importance de cette participation était dût essentiellement « au non choix » qu'aurait imposée la mise en œuvre de l'extermination totale. Par contre, nombre de juifs, dès l'entre deux guerre, s'étaient mobilisés contre le fascisme...Le nombre de juifs engagé dans le combat politique, ne cessa de croitre et s'accéléra avec la prise de pouvoir par les nazis en Allemagne en janvier 1933.
Poussés par les nécessités économiques et par l'antisémitisme, des milliers de jeunes juifs fuient leur pays d'origine. Beaucoup viennent en France, le pays aux idées généreuses celle de la grande révolution française, où la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » n'était pas un vain mot.
En 1936, la guerre civile d'Espagne vit le premier grand affrontement entre la démocratie et le fascisme. Hitler et Mussolini soutiennent le putch militaire du général Franco, contre la jeune république espagnole à peine née. Parmi les 35 000 volontaires étranges venus des cinq continents au secours de la république, il y avait de nombreux juifs. L'opinion juive connaît plus particulièrement l'histoire de la compagnie juive « Naftali Botvine »...
On estime que 25% des combattants des brigades internationales étaient juifs, soit 8 000 combattants. Ils combattirent héroïquement sur tous les fronts. Nombre le payèrent de leur vie, et nombre également devinrent de farouches combattants...Nous les retrouverons plus tard pendant la guerre, dans différent pays à la tête de la résistance.
En 1939 dès le début de la guerre, forts de cette conviction et riche de leurs expériences dans leur pays d'origine et en Espagne, les juifs s'engagent massivement dans les armées alliées en guerre contre l'Allemagne hitlérienne.
La Pologne attaquée le 1er septembre 1939 ne put opposée aux déferlement des hordes hitlériennes que des chevaux contre des chars. On évalue à environ 150 000 le nombre de combattants juifs dans ces premiers combats de la seconde guerre mondiale...La Pologne fut défaite en l'espace de trois semaines, 30 000 combattants juifs périrent. Avec l'anéantissement du pays allait commencer le drame le plus épouvantable de l'histoire juive. La Pologne et les juifs polonais n'en continuerons pas moins la guerre dans la résistance avec les partisans dans les forêts et dans les insurrections des ghettos, parmi les quelles celles de Bialistok et de Varsovie universellement connues.
L' Angleterre ne connaissait pas la conscription obligatoire. Aussi, savons – nous que les 62 000 juifs britanniques ou résidant en Grande -Bretagne qui se sont engagés, étaient volontaires... 250 000 juifs en provenance des colonies et dominions de l'Empire Britannique les rejoignirent en Afrique du Nord, en Italie et lors du débarquement en Normandie. Une partie d'entre eux furent aux cotés des américains dans la guerre du Pacifique. Canadiens, australiens, néo – zélandais et sud – africains donnèrent à la participation juive britannique une configuration planétaire. Les juifs de Palestine, placés sous mandat britannique furent près de 30 000 à s'engager et à combattre dans les différentes unités...Près de 120 000 juifs ont donc affronté l'ennemi sous les drapeaux de l'Union Jack...
Il est difficile d'évaluer le nombre de combattants juifs citoyens français,car les patronymes ne sont pas toujours évident...La fréquentation des aumôneries militaires juives permet de compenser en partie cette faiblesse. Par ailleurs un calcul fait à partir de la population juive incorporable dans l'armée, nous amène à une estimation de 30 000 juifs auxquels il faut ajouter les 10 000 juifs français d'Algérie et des territoires et départements d' Outre -Mer. On estime à 30 000 juifs d'origine étrangère ceux qui ce sont engagés comme volontaires pour la durée de la guerre dans l'armée française. Les chiffres établis par l' O.N.U. font état de 86 000 juifs ayant combattu sous le drapeau français.
Très nombreux furent les juifs engagés dans les Forces Françaises Libres ( F.F.I). On compte au moins 50 juifs parmi les « Compagnons de la Libération »), la plus haute distinction française de la seconde guerre mondiale.
A partir du 22 juin 1941, l' U.R.S.S. par le déclenchement du plan
« Barbarossa » est contrainte à la guerre...Les procès des années 1936, 1937 et 1938 fortement entachés d'antisémitisme décapitèrent l' Armée Rouge par un grand nombre d'exécutions...
Stalingrad restera dans la mémoire collective comme le grand tournant de la guerre. On estime à environs 500 000 le nombre de juifs ayant combattu dans les armées soviétiques, ce qui est phénoménal si on compare ce chiffre à celui des 3 000 000 que constituait la population juive. A propos de l' U.R.S.S. Il est a remarquer que c'est le seul état qui à cette époque présentait autant d'officiers supérieurs juifs : plu de cent généraux, des certaines de colonels,des milliers de commandants...
Les États – Unis entrèrent en guerre à l'automne 1941. Outre leur appui logistique, financier et technique, ils jetèrent dans la bataille des millions de combattants. Ce sont près de 300 000 juifs américains qui combattirent sur les fronts du Pacifique, puis participèrent aux débarquement d'Afrique du Nord en 1942, en Italie en 1943, en Normandie et en Provence en 1944. Mais n'oublions pas que la Belgique, les Pays – Bas, la Yougoslavie, la Grèce comptèrent des milliers de combattants juifs qui tant que les États où ils vivaient étaient libres,se sont battus sous l'uniforme national.
Après la chute de chacun d'entre eux, commença un autre combat, encore moins équilibré, plus implacable et plus meurtrier celui de la Résistance, où les juifs comme en France et en Belgique jouèrent un rôle prépondérant et d'avant garde.


Extrait de l'allocution d' Ilex Beller au congrès de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants, Résistants et Déportés Juifs 1939-1945
Parut dans Notre Volonté N°2 (192) de Novembre-Décembre 1989,pour le
50 ème Anniversaire de l'Union